VOUS ETES SUR LA PLACE FLORENTIN PLA; MAIS QUI ETAIT-IL ?

Né le 2 Juin 1902 à St-Paul de Fenouillet, mort sous la torture  le 27 Juillet 1944 à Perpignan (Pyr-Orientales) : Coiffeur et résistant.

Florentin Pla était le fils d’un Perruquier et exerçait lui-même la profession de coiffeur dans son bourg natal.

Au printemps de 1944, il participait aux activités clandestines d’un groupe politique de résistance de Saint-Paul de Fenouillet animé par Ernest Denux, boulanger, communiste notoire qui a reconstitué une cellule, et Jean Valès, de la SFIO.
Ce groupe affilié, semble-t-il au Front National de lutte pour la libération et l'indépendance de la France, organisait des réunions clandestines, des distributions de tracts et était en rapport avec divers maquis.
Il projetait d’enlever et d’exécuter quatre personnalités de la collaboration saint-paulaise. Florentin Pla servait d’agent de liaison.

Ce groupe fut dénoncé par le chef départemental de la Milice à Perpignan. Celui-ci dirigea une expédition nocturne d’une cinquantaine de miliciens à Saint-Paul de Fenouillet.
Messieurs Pla, Denux et Valès furent arrêtés et transportés au siège perpignanais de la Milice à l’ancien hôpital militaire. Le 23 Juillet, ils furent tous trois sauvagement torturés sans relâche. M. Pla qui ne parla pas, revint dans un triste état de la dernière séance de torture de la journée. Torturé à nouveau, en particulier pendant la nuit du 25 au 26, il agonisa et mourut le 27 vers midi des suites des coups sauvages qui lui avaient été infligés à plusieurs reprises.
Son corps fut ramené à St-Paul dès le 27 au soir et ses funérailles improvisées qui rassemblèrent de nombreux habitants de la commune malgré la présence de la milice furent, quelques semaines plus tard, qualifiées de « grandioses ».

Les FTPF (Francs-tireurs et Partisans Français) des Pyrénées orientales diffusèrent un tract adressé au « peuple catalan » et aux « patriotes du Roussillon » intitulé « un crime de la milice ». En représailles de l’assassinat de Florentin Pla, des miliciens du maquis FTPF « Jean Robert » de Salvezines (Aude) interceptèrent l’automobile de Robert Prost, milicien de Caudiès de Fenouillèdes (P.O.) qui dénonçait les résistants locaux au chef perpignanais de la milice : ses conversations étaient interceptées par le receveur des PTT de Caudiès qui avisait la résistance.

Le cadavre de Robert Prost fut retrouvé dans une vigne près de St-Paul.

A la demande du préfet, MM. Denux et Valès furent relâchés par la milice le 10 Août 1944.

 

SUR LA PLACE FLORENTIN PLA :

Les deux platanes jouaient le rôle de panneaux d’affichages divers.

Les joutes politiques entre MM. Baux et Armagnac en sont les témoins sur le visuel servant de support. Ces élections s’avérèrent houleuses, suite à diverses polémiques locales exprimées lors de réunions publiques agitées.

Par ailleurs, l’agréable  bruit de l’eau qui coulait dans la fontaine ramenait la quiétude sur ce lieu animé par un commerce fortement présent (café, restaurant,…). Malheureusement cette fontaine, suite à la dégradation du bassin de réception de l’eau, a été enlevée. Seule la vasque sommitale fut récupérée et placée face à l’Ecole maternelle durant quelques années, pour disparaître totalement vers une destination inconnue. Un avis de recherche a été diffusé depuis, sans aucune réponse à ce jour.